Belledonne : sur le granite des Sept-Laux

La chaîne de Belledonne a réussi à se défaire à juste titre de sa réputation de piètre massif pour la grimpe. L’équipement en goujons a en effet permis de trouver des itinéraires avec un rocher de qualité, dans un gneiss ou un granite qui s’avérait difficile à protéger naturellement. Et quand on fait l’inventaire aujourd’hui, on se rend compte que « la Belle » excelle dans l’offre de voies abordables pour le plus grand monde, c’est-à-dire en 5c max. Les dernières ouvertures s’inscrivent pleinement dans ce (beau) programme.


Coucher de soleil sur le chaînon du Rocher Blanc depuis le refuge des Sept-Laux.

Les Sept-Laux

Comme son nom l’indique, les escalades de ce secteur se situent autour du plateau des Sept-Laux. Leur particularité est de se dérouler majoritairement sur du granite, qui plus est d’excellente facture. Au-delà de la grimpe elle-même, le site reste fabuleux.

Accès au refuge

Nouvelle approche qui permet d’économiser près de 300 m de dénivelé à la montée et s’épargner la raide forêt depuis le Fond-de-France moyennant 100 m de remontée (en douceur) au retour. De la station du Pleynet, prendre une piste forestière herbeuse qui descend. Après deux courts lacets, elle part vers le sud. Ne pas prendre d’autres pistes qui descendent sur la gauche et rester toujours à flanc vers le sud. La piste devient sentier dans la forêt et rejoint une autre piste le long du torrent du Pleynet à 1 350 m. Traverser le torrent et monter par cette piste pour rejoindre le sentier classique à 1 500 m. Le suivre en passant par l’itinéraire du chalet du Gleysin de la Ferrière et le Cul-de-la-Vieille (plus rapide que par les Deux Ruisseaux). Après une traversée ascendante sous le roc de Pendet, un raidillon mène au premier lac, le lac Noir. On le contourne par l’est pour arriver au lac Carré. Traverser le barrage entre le lac Carré et le lac Cottepens pour atteindre le refuge (1h50).

1. Le triangle du lac Cottepens 

Ce petit triangle rocheux offre des vues magnifiques sur le plateau des Sept-Laux. Composé de granite à la qualité quasi irréprochable, peut-être le plus beau du massif, il se prête à des escalades récréatives, contemplatives et initiatiques. De quoi apprendre et ou se faire plaisir sans se faire peur.

Approche des voies
Reprendre le GR 738, passer entre les lacs de la Motte et le lac Cottepens (pont de pierre) et longer intégralement ce dernier jusqu’à son extrémité sud. En cinq minutes, gagner à gauche la base du triangle par une pente douce mi-herbe mi-rochers (30 minutes).

nouveaux_itineraires_belledonne1

Trilaux

5b (5a obligé) // Corde à simple 30 m // 8 dégaines (entièrement équipée : goujons inox 10 mm fournis par Petzl) 
Ouverture (du bas) : J. Pierson et L. Tassan, le 13 septembre 2020

Cette voie est la première ouverte sur le secteur. Elle parcourt le centre du triangle en suivant un pilier assez marqué sur le haut. Une petite longueur de transition à corde tendue (un point pour donner la direction) amène à la dernière dalle magnifique. L’ensemble est assez soutenu dans la difficulté et les cotations pourront paraître un poil serrées. Cependant, l’adhérence du rocher est remarquable et facilite la tâche. La première longueur, peut-être la plus belle de tout le secteur, est la plus dure et la plus soutenue.
Le nom évoque à la fois le secteur des Sept-Laux, la trilogie de ce triangle avec un petit clin d’œil sans aucune prétention à Trilio, voie mythique des frères Rémy au mont Aiguille.

5a (5a obligé) // Corde à simple 50 m // 8 dégaines (partiellement équipée : goujons inox 10 mm fournis par Petzl) // Friends 0,3 à 2 + petits câblés
Ouverture (du bas) : J. Pierson et L. Tassan, le 13 septembre 2020

C’est une voie en trad qui se protège remarquablement bien et constitue de ce fait une excellente école du terrain d’aventure. Elle pourra servir de prélude à la traversée toit-pyramide moyennant 1h de marche pour rejoindre le sommet du toit à la sortie de la voie.

L1 : 5a (42 m). Cairn au départ. Suivre une rampe-dièdre en oblique à droite jusqu’à ce qu’elle bute sous des surplombs ; s’en échapper à droite pour rejoindre un petit pilier qu’on remonte avant de revenir à gauche par une fissure jusqu’à une excellente terrasse au pied de la grande dalle verte. 2 goujons dans la longueur ; relais sur 2 goujons.
L2 : 5a (30 m). Remonter la magnifique grande dalle en son centre avant de revenir sur son bord gauche. 2 goujons dans la longueur ; relais sur 2 goujons.
L3 : 4c (25 m). Rester sur le fil à gauche en cherchant volontairement la difficulté. Une fissure à gauche amène au sommet du pilier ; relais aux choix multiples sur un gros bloc. Cette longueur est de loin la moins belle de tout le secteur.
L4 : transition jusqu’au pied des dalles terminales.
L5 : 4c (25 m). Remonter la dalle par un système de petites fissures puis en tirant à gauche en dalle. 2 goujons dans la dalle ; relais sur 2 goujons, commun aux autres voies.
À noter qu’il est tout à fait possible de la parcourir avec une corde de 30 m si le second accepte de démarrer à corde tendue dans les 10 premiers mètres de L1 en 3c.
Le nom de la voie est un clin d’œil à l’expression locale « narvalo ! » dont nous vous laissons le soin de chercher la signification si besoin.

5b (5a obligé) // Corde à simple 30 m // 8 dégaines (entièrement équipée : goujons inox 10 mm fournis par Petzl)
Ouverture (du bas) : J. Pierson et L. Tassan, le 20 septembre 2020

Cette voie se déroule intégralement en dalles sur la partie gauche du pilier. Elle est pratiquement plein nord et sera à éviter après une pluie. Contrairement à Trilaux, les longueurs sont peu soutenues et la cotation ne se justifie généralement que sur quelques mètres, parfois un peu teigneux comme le petit pas de départ de L5. Avec une corde de 50 m on pourra doubler L1 + L2 et L3 + L4.
Le nom de la voie est une évocation des petits tracas du jour de l’ouverture, juste après une pluie, où il a fallu parfois s’employer pour pouvoir passer, l’un des ouvreurs s’exclamant à un moment, les deux pieds dans une sorte de bénitier : « Là, c’est carrément une piscine pour Playmobil ! »

Descente
À pied, en un quart d’heure, en passant au nord (couloir) ou au sud (pente herbeuse et blocs) du triangle.

2. L’antécime du toit

Ce petit pilier haut perché est constitué d’un beau gneiss rouge. Compte tenu de l’approche, il est fort conseillé, si on se sent un peu juste pour parcourir tout le Panoramique, de le réaliser comme échauffement avant la face nord-ouest du toit.

Approche
Du refuge, gagner le lac de la Ratoune puis le lac Blanc. Au déversoir de ce dernier, remonter à vue vers le sud pour gagner une croupe évidente menant au pied de la face. La voie attaque sur la partie gauche, au niveau d’une dalle claire caractéristique (cairn). 1h10.

nouveaux_itineraires_belledonne

Deuxième dose

4c // Corde à simple 30 m // 6 dégaines (entièrement équipée : 28 goujons inox 10 mm fournis par Petzl)  // Friends 0,5 et 0,75 au cas où.
Ouverture (du bas) : D. Céli et L. Tassan, le 18 juillet 2021

L1 : attaquer sur le bord droit de la dalle puis monter droit. Un pas un peu plus raide (4c) mène au relais proche du fil du pilier à droite.
L2 : droit au-dessus, petit mur qu’on évite par la gauche (4c) puis facilement jusqu’à un second passage qui mène à des terrasses.
L3 : traverser à gauche en légère ascendance. Franchir un petit mur puis poursuivre en passant sous un becquet (rocher à vérifier). Relais proche du pilier de gauche, près d’une console détachée (4a).
L4 : prendre la dalle au-dessus (4c) puis sortir dans du facile. Partir légèrement en oblique à gauche (2 points à trouver) pour gagner le relais.
L5 : petit mur au-dessus (3b) puis facilement jusqu’à un gros bloc. Relais sur un point + sangle.
Descente
À pied, par le petit couloir au nord (soit dans la neige quand il en reste, soit par les rochers de la rive gauche).

3. La face nord-ouest du toit

C’est ici le secteur le plus austère et le plus « montagne ». Les derniers mètres de l’approche nécessiteront des crampons si le regel est bon. L’altitude associée à l’orientation font qu’il est possible d’y avoir très froid à l’automne ou même par une journée d’été anormalement fraîche. Ambiance garantie. Le rocher, un gneiss d’abord rouille puis gris, est superbe ! Il est conseillé de l’enchaîner après Deuxième dose.

Approche
Du refuge, comme pour Deuxième dose. Au pied de cette dernière, on poursuit en ascendance à gauche pour gagner un plateau. Remonter un névé (ou un pierrier) qui se raidit jusqu’à l’attaque. 1h30.

Cache à Laux

5c // Corde à simple 30 m // 8 dégaines (entièrement équipée : 39 goujons inox 10 mm fournis par Petzl) // Friends 0,5 et 0,75 au cas où.
Ouverture : D. Céli, L. Rastello et L. Tassan, les 18 et 20 juillet 2021

L1 : attaquer droit dans du rocher raide compact et prisu pour gagner une terrasse confortable au pied d’une zone de dalles caractéristique (4c).
L2 : droit au-dessus, puis légèrement à droite en dalle. Traverser à droite une petite faille (un pas délicat, 5c) puis remonter en tirant à droite (5c) vers des écailles. Au-dessus de celles-ci, traverser encore à droite pour gagner le relais.
L3 : traverser à droite puis remonter un mur plus facile qu’il n’en a l’air (5b+). Poursuivre en direction d’un bloc de rocher clair. Le franchir et continuer quelques mètres pour trouver un relais confortable. Les difficultés sont terminées.
L4 : rejoindre les dalles de la rive gauche d’un couloir et les remonter droit (3c).
L5 : toujours tout droit dans ces dalles, avec un petit mur facile (3c).
L6 : encore droit vers des dalles couchées puis sortir à gauche sur un petit mur (rochers instables). On sort dans des pentes d’herbe. Ascendance à gauche pour trouver le relais sur un bloc (3c).
Poursuivre facilement jusqu’au sommet du toit.

Descente
À pied, par l’arête ouest du toit, celle qui borde la paroi immédiatement à droite. On arrive en haut de l’antécime dont on descend le petit couloir nord comme pour Deuxième dose.

nouveaux_itineraires_belledonne4
Dans l’enchaînement du Panoramique, la deuxième longueur (5c) de Cache à Laux.

4. La traversée toit-pyramide

C’est une magnifique traversée de difficulté modérée mais où il faudra faire preuve de son habitude à utiliser les protections naturelles et les coinceurs. Habituellement réalisée après l’arête est du toit depuis l’Agnelin (avec accès par Grand Maison), elle trouve naturellement une suite après la face nord-ouest. C’est également le dernier morceau de Panoramique.

Approche
Du refuge, comme Cache à Laux. Au lieu de monter à l’attaque de la voie, on emprunte le couloir à droite qui est la voie de descente, puis on grimpe jusqu’au sommet du toit par la facile arête ouest.

La voie

4a // Corde à simple 30 m // 6 dégaines // Friends 0,5, 0,75 et 1 + sangles

Elle se déroule d’abord sur l’arête (3c max) avec quelques sections descendantes puis soit sur le fil, soit sur son bord gauche (4a max) pour rejoindre le sommet de la pyramide. L’itinéraire est évident.
Descente
Globalement par l’arête (un pas de 3c en désescalade) jusqu’au col de l’Amiante puis par le versant ouest de ce dernier (crampons parfois fort utiles).

5. Le panoramique des Sept-Laux

C’est un enchaînement qui consiste à gravir d’abord Trilaux au triangle du lac Cottepens puis rejoindre Deuxième dose en 30 minutes de marche, puis Cache à Laux en un quart d’heure supplémentaire. Après ces 17 longueurs en 5c max, on enchaîne avec la traversée toit-pyramide pour finir au sommet de la pyramide. Assurément une belle journée de grimpe.

5c max // Corde à simple 30 m // 8 dégaines // Friends 0,5, 0,75 et 1 + sangles
Premier parcours : C. Robaglia et L. Tassan, le 20 août 2021

6. Les dalles des lacs

Au-dessus du lac Cottepens, un petit secteur de dalles offre un granite somptueux. La modeste hauteur de ces rochers n’avait, à ce jour, pas vraiment attiré les grimpeurs. Pourtant, en cherchant bien, il y avait de quoi réaliser de petites choses intéressantes et les premières répétitions durant l’été 2021 l’ont confirmé. En résumé, une rando-escalade à dix minutes du refuge sur un rocher exceptionnel. Zéro engagement.

Approche
Du refuge, traverser les deux passerelles puis au panneau, prendre à droite. Dépasser les pontons du lac de la Motte et longer la berge sud de celui-ci pour monter directement (pente herbeuse) au pied d’une dalle orientée plein nord. Attaque sur son bord droit. 10 minutes.

nouveaux_itineraires_belledonne2

Symphonie en sept majeur

5b+ max (un passage 6a optionnel) // Corde à simple 25 m // 7 dégaines (entièrement équipée : goujons inox 10 mm fournis par Petzl)
Ouverture (essentiellement du haut) : L. Rastello et L. Tassan, 20 et 22 juillet 2021. Premier parcours : Emie et Stella Tassan, le 11 août 2021

L1 « face à la motte » : surmonter un petit mur (5a) puis poursuivre en dalle, en tirant légèrement à gauche. 5 points + relais.
Jonction à pied, 5 minutes. Rejoindre au-dessus un plateau herbeux puis le sentier du lac de la Ratoune. Il traverse en versant nord d’un chaos de gros blocs de granite (névés présents jusqu’à début/mi-juillet).
L2 « la trav ‘ » : attaquer dans une zone de faiblesse humide, entre des zones de rocher compact ultra-lisse puis traverser vers la gauche sur une rampe facile. On rejoint un petit dièdre (plus facile sur le côté gauche, 4c). Traverser à gauche pour le relais sur un point et une sangle. Variante tout droit en 5c+. Relais sur bitard puis courte descente à pied pour la suite. 7 points + relais.
L3 « la dalle » : attaquer un petit mur raide (4b) puis traverser un peu à gauche pour aller faire relais sur une dalle couchée ultra-compacte. 2 points + relais.
L4 « la faille » : monter droit (5a) puis partir à droite vers des écailles pour franchir une faille par une petite enjambée. Poursuivre par un mur fissuré. 4 points + relais.
L5 « le pilier » : traversée à droite et rejoindre un pilier qu’on remonte. Finir sur une arête couchée. 3 points + relais.
On sort en 5 minutes au grand cairn dominant le lac de la Ratoune (bien visible du refuge). On peut logiquement s’en tenir là comme balade initiatique de proximité. Une suite existe toutefois. Marcher 15-20 minutes sur la croupe pierreuse puis herbeuse séparant le plateau des lacs Ratoune et Blanc du plateau principal. Aller au déversoir du lac Blanc. Attaque dans la dalle de gauche.
L6 + L7 « Blanche mèche » : partir en ascendance oblique à gauche (3c, 4 points + relais). Poursuivre toujours légèrement à gauche et remonter la dernière dalle (5a, 5 points + relais).

Descente
À pied. Du cairn de la Ratoune par le sentier du lac de la Ratoune, en partant d’abord à l’est puis au nord. Du belvédère final sur le lac Blanc, d’abord par une pente à l’ouest ramenant au déversoir. De là, soit comme à l’aller puis par la descente de la Ratoune, soit à vue dans des pentes d’herbes vers l’ouest pour rejoindre le GR 738 presque à l’extrémité sud du lac Cottepens.

7. Le pilier du refuge

Ce petit pilier est évident au-dessus du refuge. Quatre (plus deux) longueurs ont été ouvertes sur un beau granite avec deux variantes possibles qu’on pourra parcourir en plus, juste pour le plaisir.

Approche
Du refuge, monter (10 minutes) au milieu des rhodos jusqu’au pied de l’évident pilier.

nouveaux_itineraires_belledonne8

Be in spire

5a max (un passage 6a optionnel) // Corde à double 50 m // 10 dégaines (entièrement équipée : goujons inox 10 mm fournis par l’ECI)
Ouverture : X. Dorel et H. Rondeau, le 31 août 2009


Attaque au plus bas du pilier, par la variante de gauche ou celle de droite (au choix, 5a pour les deux). On poursuit sur le pilier. Sur la fin de L3, soit aller à gauche pour faire la dernière longueur en 5a, soit à droite pour faire celle en 6a (splendide).

Descente
En rappels dans la voie.

8. Le roc de Pendet

La face nord-est du roc de Pendet est l’objectif le plus sérieux proposé ici. La voie est raide et l’équipement, bien que complet, est parfois un peu plus éloigné dans les passages faciles et pas toujours évident à compléter sur un granite peu sculpté. La difficulté obligatoire demeure toutefois abordable.

Approche
Comme pour monter au refuge mais un peu avant de déboucher sur le plateau, quitter le sentier vers la droite pour rejoindre le pied de la face (1h40).

nouveaux_itineraires_belledonne9

T’es oulx

6c+ (6a obligatoire) // Corde à double 50 m // 12 dégaines
Ouverture : C. Vautrin et L. Perrod, le 30 août 2009

Attaquer dans une dalle compacte puis suivre la ligne de plaquettes. Le crux (6c+) se situe en L5 et dans la longueur suivante, traverser un peu à droite avant de monter (pas de point visible au départ).

Descente
En rappels dans la voie (4 rappels aux relais pairs).

Les Grands Moulins

C’est l’un des sommets phares de Belledonne, en particulier pour le ski avec pas moins de cinq faces skiables, toutes de manière plus ou moins alpine. Sur le versant est, la nature a façonné de beaux éperons formés de granites dits des Sept-Laux. C’est ici que se déroulent les voies.

9. Les Ciseaux

Situés sur l’arête sud-est, à mi-distance entre le col de la Frèche et le sommet, les deux rochers en forme de ciseaux dominent une belle dalle versant est sur laquelle une voie a été tracée. Le rocher est un excellent granite.

Approche
De Valpelouse, suivre le sentier du refuge de la Perrière puis celui du col de la Frêche et ce, jusqu’au col. Basculer versant est, descendre un court instant sur le sentier puis le quitter à gauche pour monter à vue vers le pied de la face (1h30).

nouveaux_itineraires_belledonne10

Papier, caillou, ciseaux

5a max // Corde à simple 30 m // 7 paires (équipée en goujons ø10 et 12 fournis par l’ECI) // 3 sangles + friends 0,4 à 0,75 (Camalot) au cas où
Ouverture : L. Tassan en août 2015. La ligne actuelle, légèrement rectifiée, a été rééquipée (du bas) par L. Tassan le 12 juillet 2020.

L1 : remonter un petit mur (piton avec sangle bien visible 

depuis l’attaque) puis des dalles très faciles (2 goujons) légèrement vers la droite. 3c, 30 m (relais sur un goujon + sangle).
L2 : partir en ascendance à droite (très beau rocher) puis traverser en dalle jusqu’au relais (4 goujons). 4c, 25 m (relais sur 2 goujons).
L3 : traverser toujours vers la droite, puis en montant légèrement (4 goujons). 4b, 30 m (relais sur un goujon + sangle).
L4 : partir en ascendance à droite puis droit pour remonter une succession de dalles de plus en plus couchées (4 goujons). 4a, 30 m (relais sur un goujon + sangle).
L5 : monter droit ; on dépasse une zone herbeuse. Un mini-dièdre puis des dalles mènent au relais sous un mur vertical (2 goujons). 3c, 30 m (relais sur 2 goujons).
L6 : gravir le mur au-dessus (4 goujons) puis gagner à droite l’arête qu’on peut suivre quelques mètres pour faire relais à la fin des difficultés. 5a, 25 m (relais sur sangle).

Descente
Par le sentier de la voie normale des Grands Moulins.

10. Les Trois Dames

Il s’agit de trois pointes situées dans le prolongement de l’arête nord-est des Grands Moulins. Sur leur flanc est (Maurienne), Manu Pellissier a parcouru quelques lignes qui se déroulent sur un très beau granite.

Approche
Comme pour les Ciseaux mais en traversant encore un moment sur la droite pour gagner le pied des piliers (1h45).

Le grand méchant loup

7a max // Corde à simple 50 m // 12 dégaines // 2 sangles + friends 0,5 et 0,75 (Camalot) au cas où
Ouverture : E. Pellissier et J. Roffinoto, le 1er juillet 2011

Une première longueur monte vers la gauche sur des dalles moutonnées (5a). Suivent 4 longueurs dans l’axe (7a ; 5c ; 6a+ ; 6b) jusqu’à la dernière, plus facile (5a), moins équipée et qui termine à gauche au sommet. Il faut ensuite poursuivre par la courte traversée (3b, rappel de 25 m) des arêtes jusqu’aux Grands Moulins.

Descente
Par le sentier de la voie normale des Grands Moulins.
nouveaux_itineraires_belledonne6
Deuxième longueur de Symphonie en sept majeur (4c) sur un granite superbe !

Carnet pratique

Période

Toutes ces voies sont situées en altitude (sommets à plus de 2 200 m). Les orientations sont est ou ouest, voire nord-est ou nord-ouest. En début de saison, des névés taquins peuvent persister au pied des voies, pouvant nécessiter les crampons s’il y a du regel. La période est donc assez limitée. Pour le secteur des Grands Moulins, de juin aux premières neiges (généralement fin octobre). Aux Sept-Laux, il faut plutôt attendre la fin juin, voire début juillet, et octobre, certaines lignes risquent déjà d’être bien froides.

Étapes / séjourner

On peut dormir au refuge de la Perrière (non gardé mais tout confort) pour le secteur des Grands Moulins. Aux Sept-Laux, le refuge du même nom est idéalement placé sur le plateau. On y observe toutes les lignes à gravir. On peut aussi bivouaquer sur place ; il y a de l’eau à disposition partout.

Infos utiles

– Refuge des Sept-Laux : gardé de mi-juin à mi-septembre, sinon fermé. 36 places. Tél. : 04 76 45 99 11.

– Cartes IGN TOP 25 : 3433OT Allevard et 3335ET Le Bourg-d’Oisans-L’Alpe-d’Huez

– Topo : Belledonne Escalade, Lionel Tassan, Éditions VTopo, 2020.

– Ressources complémentaires : www.lta38.fr (pour les réalisations post-2020 ne figurant pas dans le topo), catégorie « Escalade-alpi ».

We would like to thank the writer of this article for this incredible content

Belledonne : sur le granite des Sept-Laux

Check out our social media profiles as well as other pages that are related to them.https://metfabtech.com/related-pages/