Cryptomonnaies : un pseudo trader a extorqué 100 millions de dollars à ses victimes

Un prétendu trader de cryptomonnaies est parvenu à extorquer 100 millions de dollars à ses victimes. Les fonds volés étaient ensuite blanchis par deux complices. Grâce à la blockchain, les autorités ont rapidement compris comment fonctionnaient les escrocs.

Une nouvelle arnaque aux cryptomonnaies vient d’être démantelée par la justice américaine. D’après le communiqué publié par le département de la Justice des États-Unis, une plate-forme dédiée aux cryptomonnaies appelée EmpiresX a dérobé 100 millions de dollars à des investisseurs.

Joshua David Nicholas, un homme de 28 ans résidant en Floride, a reconnu avoir mis sur pied une vaste escroquerie avec l’aide de deux complices. Il risque une peine maximale de cinq ans de prison pour « complot en vue de commettre une fraude ».

Sur le même thème : Une fausse application Google mine des cryptomonnaies sur des milliers de PC

Une pyramide de Ponzi

Selon la justice américaine, l’arnaque reposait sur une pyramide de Ponzi, ou schéma pyramidal. Il s’agit d’un type très répandu d’escroquerie. L’arnaque consiste à promettre des gains élevés à de potentiels investisseurs. L’escroc rémunère alors les victimes avec les investissements réalisés par ses précédentes cibles. De cette manière, les nouveaux entrants sont persuadés que le système fonctionne.

Dans ce cas-ci, Joshua David Nicholas, qui s’est présenté comme un « trader en chef » sur la toile, a promu un bot de trading promettant des rendements faramineux. Il existe de nombreux bots de trading sur le marché. Ces programmes informatiques réalisent des transactions en cryptomonnaies, ou autres actifs, afin de générer des bénéfices. Notez que tous les bots ne sont pas des arnaques. On trouve des offres tout à fait transparentes sur Internet, comme Napbots ou Krill.

EmpiresX prétendait proposer un bot de trading qui s’appuie sur l’intelligence artificielle pour choisir les transactions et « maximiser la rentabilité des investisseurs ». Le programme était prétendument assisté par des traders expérimentés. Dans les faits, la plate-forme versait l’argent récolté auprès des précédents investisseurs aux nouvelles victimes. En fait, EmpiresX n’a investi qu’un million de dollars de l’argent versé par les investisseurs.

Pour rassurer les investisseurs, les dirigeants d’EmpiresX mettaient régulièrement en ligne des captures d’écran montrant les investissements réalisés. Il s’agit de fausses captures destinées à berner les victimes. Un faux site web illustrant les transactions du bot a également été créé.

La justice américaine précise qu’EmpiresX n’a jamais pris la peine d’obtenir l’autorisation des régulateurs financiers des États-Unis pour exercer. Les acteurs derrière la plate-forme prétendaient pourtant avoir reçu une licence. Dans ces conditions, la SEC (Securities and Exchange Commission), le gendarme des marchés financiers, a porté plainte contre la société et ses trois dirigeants.

Blanchiment d’argent

La plate-forme est par ailleurs accusée de blanchiment d’argent. Emerson Pires et Flavio Goncalves, les deux Brésiliens complices du pseudo trader, avaient pris l’habitude de blanchir les fonds obtenus en les envoyant sur une plate-forme d’échange étrangère. Il y a quelques mois, les accusés ont par ailleurs empêché les clients d’EmpiresX de retirer leur argent.

Les autorités révèlent avoir analysé la blockchain pour découvrir le fonctionnement des escrocs. La chaîne de blocs conserve en effet un historique de toutes les transactions. Il a suffi d’identifier l’adresse du portefeuille numérique d’EmpiresX pour pouvoir retracer les mouvements des fonds. C’est pourquoi les forces de l’ordre engagent de plus en plus d’experts de la blockchain.

Les deux complices chargés du blanchiment d’argent ont été officiellement accusés en juin dernier. Malheureusement, ils avaient déjà quitté les États-Unis pour le Brésil, révèle le Wall Street Journal.

« Alors que les marchés des cryptomonnaies progressent et offrent de nouvelles opportunités aux consommateurs, les criminels cherchent également des moyens de les exploiter », déclare Luis Quesada, responsable de la division d’enquête criminelle du FBI.

Tandis que l’écosystème continue de se développer, de nombreux cybercriminels profitent de l’engouement pour piéger les internautes. Récemment, nous avons d’ailleurs rapporté le cas de CryptoGouv, l’influenceur français qui a dérobé 4 millions d’euros à ses abonnés.

Les escrocs ont largement profité de la hausse de la valeur des crypto-actifs en 2021. Comme le montre une étude de Chainalysis, les escroqueries ont rapporté plus de 5 milliards de dollars l’an dernier. La chute du cours des cryptomonnaies a par la suite pénalisé les acteurs derrière les arnaques en 2022. Jusqu’ici, ils ont généré 65 % d’argent en moins qu’en 2021.

Source :

Département de la Justice des États-Unis

We would love to give thanks to the writer of this write-up for this incredible web content

Cryptomonnaies : un pseudo trader a extorqué 100 millions de dollars à ses victimes

You can find our social media accounts as well as other related pageshttps://metfabtech.com/related-pages/