La blockchain : nouvel eldorado pour la finance de marché ?

La blockchain est la technologie qui est à la base de plusieurs crypto-monnaies comme le bitcoin. Cette monnaie numérique qui souffle aujourd’hui sa quatorzième bougie est souvent décriée par l’opinion publique et les professionnels du secteur notamment du fait d’une « réalité économique » ambiguë et de son effet néfaste sur le climat.

A contrario, la blockchain est souvent présentée comme prometteuse dans bien des domaines : en effet, elle constitue une véritable innovation qui a déjà fait la preuve de sa fiabilité. Nous verrons ainsi que cette technologie permet de multiples applications bien différentes que la seule création d’une monnaie numérique.

1. Qu’est-ce que la blockchain ?

La blockchain, que l’on peut traduire par “chaîne de blocs”, est une technologie permettant de stocker et de transmettre des informations de manière transparente, sécurisée et décentralisée.

La mission d’information commune de l’Assemblée nationale sur les usages des chaînes de blocs définit cette technologie ainsi : “Une blockchain est un registre, une grande base de données qui a la particularité d’être partagée simultanément avec tous ses utilisateurs, tous également détenteurs de ce registre, et qui ont également tous la capacité d’y inscrire des données, selon des règles spécifiques fixées par un protocole informatique très bien sécurisé grâce à la cryptographie.”

La blockchain, grâce à sa méthode de stockage et de transmission des données, présente de nombreux avantages, tels que des flux de données plus sécurisés, plus transparents, efficaces et rapides, des possibilités d’automatisation. Ces différents avantages permettent ainsi aux acteurs de la finance de marché d’envisager un avenir prospère pour cette technologie et notamment dans le domaine des transactions.

2. Quel pourrait être l’intérêt d’utiliser ces technologies pour la finance de marché ?

Un système permettant de gérer des transactions de manière sécurisée, en toute confiance entre les acteurs et avec fluidité ne pouvait pas manquer d’intéresser les acteurs de la finance de marché et c’est ce qui se passe actuellement. On assiste à une explosion des projets autour de la blockchain et des registres partagés (distributed ledger).

Ces différentes initiatives sont construites autour d’objectifs communs :

● Réduire les coûts

Les technologies de la blockchain permettront de réduire les intermédiaires intervenant dans les transactions financières. Don Tait, analyste principal chez IHS Market, estime que « Les blockchains peuvent faire économiser de l’argent aux institutions financières, en éliminant nombre d’intermédiaires traditionnels impliqués dans le secteur financier ». Aujourd’hui, le registre de la quantité de titres en circulation est géré par le dépositaire central. Avec la blockchain, le rôle du dépositaire central n’aurait plus lieu d’être tout comme les nombreux intermédiaires qui permettent d’accéder aux différents achats/ventes de titres. Cela représenterait donc une réduction de coûts substantielle pour les entreprises du secteur.

De plus, les technologies de la blockchain permettent d’automatiser les transactions grâce à des “contrats intelligents”, réduisant l’intervention humaine : ces potentielles automatisations permettraient également des réductions significatives de coûts.

● Fluidifier et accélérer les transactions

Les transactions pourraient être exécutées bien plus rapidement qu’actuellement grâce à la blockchain. Ainsi, selon Nadia Filali, Directrice des programmes blockchain & crypto actifs à la Caisse des Dépôts, « À partir du moment où l’on passe de l’achat du titre à son règlement de livraison en quelques minutes, contre quelques jours en temps normal, c’est très intéressant pour un investisseur ». En effet, les informations partagées étant uniquement numériques, et non physiques, les échanges de celles-ci sont beaucoup plus rapides et efficaces.

● Sécuriser les transactions

Grâce au système de données décentralisées et chiffrées de bout en bout, les transactions s’en retrouvent davantage sécurisées, et moins exposées à la fraude, au piratage et au risque lié à la cybersécurité. En effet, les données étant impossibles à modifier et chiffrées de bout en bout, cette technologie permet d’éviter la fraude ainsi que les activités illicites. Le caractère anonyme des données est également garanti de manière plus efficace et sûr, puisque les données sont stockées sur un réseau d’ordinateurs indépendants et non sur des serveurs centraux ou uniques, rendant plus difficile le piratage.

Cette sécurité accrue pourrait avoir une importance énorme dans la transparence et la sécurisation des produits dérivés échangé sur les marchés de gré à gré et sur les transactions repo/prêt-emprunt de titres. En effet, la blockchain constituerait en elle-même le « trade repository » (entité qui détient les différentes informations des transactions de gré à gré) imposé par la réglementation EMIR et permettrait de savoir à tout instant quel agent détient quel contrat.

● Surveiller les transactions

La blockchain, grâce à sa traçabilité accrue, permettra donc de surveiller les transactions, et notamment celles potentiellement liées à des activités illégales et frauduleuses. Cette technologie sera donc d’autant plus efficace dans la lutte contre le blanchiment d’argent, le terrorisme, et pour l’application des sanctions, et de la conformité liée aux risques financiers.

Ainsi, grâce à la technologie de la blockchain, il est possible d’avoir une trace mise à jour instantanément de la provenance des flux de données, ce qui a de nombreux avantages notamment lorsqu’il s’agit de problématiques éthiques et/ou légales. En effet, les flux de données étant par exemple en lien avec des réseaux criminels ou terroristes pourraient être tracés et bloqués, grâce à la technologie de la blockchain.
Par ailleurs, les bases de données étant stockées à l’identique sur tous les ordinateurs, la blockchain permet une transparence complète dans la gestion de la donnée, limitant également le risque de fraudes.

3. Perspectives à court et moyen terme

Selon le cabinet IHS Markit, entreprise américaine d’information numérique, les projets utilisant la technologie de la blockchain devraient générer des revenus dépassant les 100 milliards en 2024 et les 462 milliards de dollars en 2030. La croissance de l’application de cette technologie devrait être exponentielle dans les années à venir, notamment dans le secteur de la finance de marché.

En effet, selon IHS Markit, les projets associés à la blockchain pourraient entraîner des économies de l’ordre de 12 milliards de dollars pour les sociétés d’investissement. Par exemple, la Blockchain pourrait être utilisée dans les activités de règlement/compensation des titres et des actions en espèces.

La Bourse suisse, SIX, quant à elle prévoit, à l’aide de cette technologie, l’élaboration d’une plateforme alternative de trading et de règlement-livraison pour les actifs numériques, nommée SIX Digital Exchange. Le conseil d’administration de SIX décidera cet été de la date de lancement de cette future infrastructure.

Du côté de l’hexagone, La Caisse des Dépôts a créé en 2015 le premier groupement européen consacré aux technologies Blockchain dans le secteur Banque-Finance-Assurance. La Caisse des dépôts a ensuite lancé en 2021 un projet visant à évaluer l’utilisation potentielle et les implications de la création d’une monnaie numérique, en collaboration avec BNP Paribas, Crédit Agricole, Tokeny et The Blockchain XDEV.

Ainsi, en plus des nombreux avantages cités auparavant, les technologies liées à la blockchain semblent déjà disposer d’un accueil positif de la part des autorités régulatrices. Ainsi, selon Don Tait, « La Securities and Exchange Commission (SEC) aux États-Unis, la Financial Conduct Authority (FCA) au Royaume-Uni, la Monetary Authority de Hong Kong et d’autres organismes de régulation réagissent de manière positive à la technologie Blockchain dans le secteur financier. Le soutien de ces autorités réglementaires renforce la crédibilité de la technologie Blockchain en l’aidant à devenir plus conventionnelle ».

Ces différents éléments nous permettent donc d’imaginer sans difficulté que la blockchain sera dans le futur une technologie clé pour les acteurs des marchés financiers.

We want to say thanks to the author of this short article for this awesome web content

La blockchain : nouvel eldorado pour la finance de marché ?

Find here our social media accounts as well as other pages that are related to them.https://metfabtech.com/related-pages/