La blockchain va réinventer les tiers de confiance

La compétitivité de notre économie dépend d’une infrastructure durable et résiliente. Elle est indispensable pour améliorer notamment le PEC (Productivité des Echanges Collaboratifs » et le travail en réseau.

La numérisation sera au cœur de cette nouvelle infrastructure. Elle fournit les moyens de voir où se situent les lacunes en matière d’efficacité, de les résoudre et d’améliorer les performances.

Nous devons donc transformer radicalement nos infrastructures pour exploiter cette numérisation. L’objectif peut se résumer de la façon suivante : optimiser les ressources nécessaires, améliorer l’efficacité du capital fixe et circulant (le ROCE) et fournir un service fiable et sécurisé.

Les 6 lettres de ASPECT résument les caractéristiques de cette nouvelle infrastructure qui sera au cœur de l’industrie 5.0 et de la vie quotidienne dans un monde globalement numérique et massivement interconnecté :

  • A = Autonomy, Assets, API, Automatization, Anticipation, Augmented, ATAWAD, Artificial Intelligence, Authentication, Anthropomorphic, Assistant, AutoML, Avalabs, Agnostic, As-a-Service
  • S = Services, Security, Simplification, Symbolic, Scalability, Seamless, Sharing, Scale, Searching, Sustainability, Streaming, Storage, Serverless, Social, Stakeholders, Softwarization
  • P = Programmability, Personalization, Proof, Prediction, Posture, Privacy, Process, PEC, P2P, Proof of Stake.
  • E = Energy, Efficiency, Emotional, Exchange, Explanation, Edge, Ethereum
  • C = Connectivity, Capital, Context, Communication, Collaboration, coordination, Contract, Commons, Citizen, Commuter, Consumer, Community, Consensus, Cryptocurrency, Computational, Cloud, Content, Curation, Charging,
  • T = Trustworthiness, Twin, Tokenized, Thing, Traceability, Transaction, Tax, Transparency, Together, Teaching, Tactile, Trading, Transfer,

La blockchain va jouer le rôle de catalyseur de cette nouvelle infrastructure.

Comment ? Les 6 lettres de IMPACT résument comment la blockchain va réduire les coûts de transaction en réinventant/virtualisant les métiers des acteurs qui jouent le rôle actuel des tiers de confiance. Objectif : avoir des coûts de transaction le plus proche de zéro euro.

Dans sa forme la plus simple, la blockchain peut être évidemment être utilisée pour authentifier de manière unique l’identification de tout ce qui est connecté à Internet, de manière irréfutable et immuable.

Cela va créer une forme d’informations d’identification vérifiables (VC) universelles qui sera acceptable pour toute plateforme pour confirmer qui est quelqu’un, mais ne donnerait pas accès aux informations qu’un individu a choisi de restreindre. Au fur et à mesure qu’un individu obtient des certifications ou étend ses informations d’identification, cette identité numérique tiendra compte de cela, faisant ainsi évoluer sa réputation dans les échanges sur l’Internet.

Voici des exemples concrets des nouveaux processus d’identification avec la blockchain :

  • Nous gèrerons par nous-mêmes nos réputations en ligne et, lorsque nous interagirons avec des personnes ou des entreprises, seulement quelques éléments de données leur seront divulgués.
  • Des échanges commerciaux spontanés et fiables auront lieu entre pairs, sans intermédiaires centraux et avec peu de friction, voire pas du tout.
  • La distribution et l’attribution de contenus seront signées sur la blockchain de manière irréfutable.
  • L’authenticité d’un titre de propriété sera facilement vérifiable autant pour des actifs numériques que pour des produits physiques.

Internet nous permet aujourd’hui de communiquer, d’échanger instantanément de l’information. Avec la blockchain, il nous sera possible en un clic de transférer et d’échanger de la même façon de la valeur.

Ça ressemble à une fonctionnalité du marché boursier autorisant l’échange d’un nombre illimité d’éléments de valeur non réglementés, contrairement aux titres financiers qui sont réglementés.

Voici quelques conséquences :

  • Les wallets hardware ou numériques (les portefeuilles numériques) se généraliseront. Ils seront systématiquement présents dans les smartphones.
  • Des micro-transactions ininterrompues deviendront routinières, aussi faciles que de donner un pourboire dans le monde réel.
  • Des services où les utilisateurs gagneront des crypto-monnaies en rendant des services

Les modèles traditionnels de validation du document reposent sur les autorités centrales pour le stockage et la validation des documents, qui présentent des contraintes de sécurité évidentes. La technologie blockchain fournit un modèle à la preuve de l’existence et la possession de documents juridiques.

La vérification de l’authenticité du document peut être faite en utilisant la blockchain et cela élimine la nécessité d’une autorité centralisée.

Par exemple :

  • Preuve dans un service (registre de mariage, audits comptables, opérations de vote, transfert d’actes juridiques, etc.)
  • Preuve à la demande (identité, authenticité, propriété, adresse physique, provenance, etc.)

Le meilleur exemple de cette caractéristique de la blockchain est l’Internet des objets qui nécessitera de manière croissante des mécanismes de sécurisation des échanges entre les objets et les plates-formes de collecte des données qu’ils génèrent.

Cette autonomie va modifier profondément les chaînes logistiques actuelles et donc, la transformation numérique de toutes les entreprises dont le modèle économique repose sur des échanges BtoB.

Les contrats intelligents sont comparables aux fonctions «si-alors» qui définissent des actions spécifiques si un événement particulier a lieu. Par exemple, on peut penser à une situation si dans le cas où la livraison d’un bien a réussi («si»), un paiement est effectué automatiquement («alors»).

Les contrats intelligents vont être systématiquement intégrés dans des processus qui nécessitent un pilotages et une intelligence prévisionnelle.

La traçabilité est la possibilité de savoir d’où provient un produit et de suivre son parcours tout au long de la chaîne de transformation et de distribution.

Avec la blockchain, il est possible de retracer instantanément tout le cycle de vie des produits alimentaires depuis leur origine jusqu’à chaque point de contact tout au long de leur parcours jusqu’au consommateur. Les consommateurs ont la possibilité de retracer leurs aliments de « la ferme à l’assiette » en scannant un code QR.

Les conséquences de cette réinvention des tiers de confiance avec la blockchain sont considérables :

La blockchain apporte confiance et transparence tout en réduisant les risques impliqués dans les transactions, sans avoir besoin d’un tiers pour agir en tant qu’intermédiaire dans les transactions. Ce qui va permettre d’avoir des transactions de se produire directement entre les personnes au lieu d’impliquer un tiers.

La décentralisation d’une base de données blockchain est un élément clé de la manière dont les intermédiaires peuvent être supprimés tout en augmentant la transparence et la confiance.

Cela va rendre la collaboration entre les parties plus rapide et plus facile à gérer. La structure décentralisée de la blockchain va permettre aux entreprises qui peuvent être des concurrents mais qui travaillent ensemble au sein d’un groupe industriel ou d’un consortium. Les concurrents travaillant ensemble, où une partie possède toutes les données, pourraient impliquer de longs contrats juridiques et des accords de non-divulgation protégeant la confidentialité et l’accès aux données. Avec un système basé sur la blockchain, les concurrents peuvent travailler ensemble sur une base de données partagée sur laquelle ils ont tous un accès et un contrôle complets.

La blockchain permet de supprimer les intermédiaires tout en maintenant la confiance et la sécurité entre les personnes impliquées dans la transaction. La confiance est placée dans le réseau blockchain au lieu d’un tiers.

Les données saisies sur une blockchain sont immuables, ce qui signifie qu’elles ne peuvent pas être modifiées ou modifiées. L’immuabilité des données entrées dans des blocs combinés connectés jusqu’au premier bloc de la blockchain permet de suivre de chaque transaction sur la blockchain.

Chaque intermédiaire dans une transaction ajoute des coûts d’enregistrement et de transfert d’actifs. Dans les systèmes actuels, lors du transfert d’actifs ou de leur enregistrement, chaque organisation gère souvent plusieurs registres et bases de données.

La technologie blockchain va réduire considérablement les coûts de transaction dans de nombreux secteurs en supprimant les intermédiaires impliqués dans le processus d’enregistrement et de transfert d’actifs.

En supprimant les intermédiaires, et en inscrivant presque en temps réel les transactions sur un grand livre distribué partagé, les registres basés sur la blockchain permettent des transactions immédiates.

Voici des exemples de secteurs d’activités qui vont nécessiter cette nouvelle infrastructure et donc la blockchain :

  • La blockchain va résoudre les problèmes qui se posent pour généraliser l’IoT :
    • Sécurité. la blockchain aide à garder une trace en temps réel de l’historique de tous les appareils connectés et des données des capteurs, à vérifier la duplication de contenu à partir de sources de données nuisibles et à fournir des algorithmes de consensus dans le processus pour assurer la vérification de l’identité et les avantages de la sécurité.
    • Le manque de fiabilité. Avec ses caractéristiques de transparence, d’immuabilité et de décentralisation, la blockchain est la solution pour garantir la fiabilité de l’IoT
    • Évolutivité. La technologie blockchain introduit des contrats intelligents dans les réseaux qui permettent aux appareils « connectés » de fonctionner de manière anonyme et sécurisée en créant des accords qui ne s’exécutent que lorsqu’une tâche spécifique est exécutée correctement.
  • Chaîne d’approvisionnement.
    • La blockchain introduit la transparence, la facilité des paiements et permet de gagner du temps et de l’argent en supprimant les intermédiaires et en décentralisant l’écosystème.
    • La blockchain permet aux entreprises de profiter d’un échange de données sécurisé et d’un référentiel inviolable pour les documents nécessaires à la logistique.
  • Bancaire et financier.
    • Les cas d’utilisation de la blockchain dans la finance se répartissent en deux segments distincts : la crypto-monnaie et la finance décentralisée, ou DeFi.
    • La crypto-monnaie gagne en crédibilité en tant que mécanisme de paiement alternatif dans un système monétaire mondial largement géré par les banques centrales gouvernementales et les grands fournisseurs de paiement, tels que Mastercard et Visa.
  • Soins de santé.
    • La sécurité, la confidentialité, l’intégrité des données et l’anonymat de la blockchain permet de nouvelles utilisations des données personnels et des dossiers médicaux des individus pour faciliter la transmission des dossiers médicaux électroniques.
  • Gouvernement.
    • La blockchain facilite par exemple la transmission électronique d’une identification personnelle, le vote en ligne, l’acquisition d’un passeport et la préparation de documents juridiques et de documents réglementaires, tels que des actes d’hypothèque et des rapports financiers.